Architecture Suisse

Transformation de la propriété Erlimatt

Typologie(s)
AI2
Emplacement
4658 Däniken SO, SO
Maître d'ouvrage
Hr. und Frau Soltermann-Vogelbacher, Hr. Und Frau Vogelbacher-Stampa
Bureau d'architecture
Pierre Zoelly
Bureau d'ingénieurs
Henri Perrin
Conception
1981
Réalisation
1982

L'extrait des articles est généré automatiquement et peu présenter des anomalies. Veuillez s'il-vous-plaît vour reporter au PDF HD

Bauherr Maître de l'ouvrage Bauingenieur Ingénieur civil Fachingenieur Ingénieur Projekt Conception Ausführung Réalisation Adresse

Das liegende Tragskelett mit seinen Vordachkonsolen ist aus Stahl in kantiger Fachwerksform, verschraubt und dunkel gestrichen. Böden, Dach und Fassadenwände sind aus isolierten Blockbaubalken, die, natur belassen, bald eingrauen werden. Alle nichttragenden Vertikalflächen sind in einer starken blau-grün-violett Palette gestrichen. Mit dem Vierklang Stein-Stahl-Flolz-Farbe an beiden Enden und dem Zweiklang Blech und Weiss in der Mitte konnte die nötige Individualisierung der Einheiten einerseits und die Korrektur der Altsubstanz andererseits erreicht werden. Der Garten benütz ähnlich starke Mittel, um der eher oppressiven Umgebung entgegenzuwirken. Ein künstlicher Flügel mit Rutschbahn und «Wald» reagiert auf ein erdrückendes Nachbargebäude. Ein Obstgarten mit Heuwiese, Werkzeughüttli und Essdach schafft die Illusion unendlicher Weite, in der ein alter grosser Apfelbaum gewissermassen die «Nonna»-Figur darstellt. Ein Einmastzelt schützt zwei Autos, Kieswege rennen im Zeugs herum und buchsberandete Pflanzgärten liefern Arbeit, Nahrung und Zierde auf der Morgenseite. Geschenkte Rosenbäumchen schliesslich punktuieren die neu entstandene Landschaft. Ein Kondominium-Rahmen für eine 3-Generationen-Familie, die täglich demonstriert, dass das Zusammenleben gut und nützlich ist. Une ferme mal entretenue, avec une grange et un verger, mais sans exploitation agricole carie village s'était sans cesse étendu dans cette direction, constituait la base du problème rencontré parles familles de deux frère et sœur qui désiraient y créer leur foyer. Lorsqu'il s'avéra que l'édification rationnelle de deux unités d'habitation ne pouvait s'effectuer faute de moyens, l'idée surgit d'en construire une troisième dont le produit permettrait de compléter le financement des deux autres. Les parents se présentèrent alors inespérêment comme acheteurs, rendant par là même la construction judicieuse et raisonnable pour tous. La ferme, dont le délabrement était tel quelle était pratiquement vouée à la démolition, se situe actuellement au centre, entourée d'un côté parla grange transformée, et de l'autre, parla nouvelle construction. La façade en mauvais état a été revêtue de tôle, l'enveloppe intérieure, dans la mesure où elle était encore utilisable, a été nettoyée et blanchie à la chaux. Une perçée dans la dalle près de l'entrée a permis de pallier l'oppression née de la hauteur des locaux. Si la transformation ne semblait se limiter qu'à des rangements et à des installations, sa réalisation apporta néanmoins beaucoup d'intimité et de poésie. La grange, par contre, qui ne comportait qu'un toit et un mur antifeu intérieur et extérieur, a fourni la ligne directrice aux interventions architectoniques décisives pratiquées sur l'ensemble. Un cadre de «condominium», destiné à une famille de 3 générations, qui prouvent quotidiennement que la vie en commun a du bon et qu'elle est profitable. 67.26