Architecture Suisse

Centre d'entretien de l'autoroute RN9

Typologie(s)
AII10
Emplacement
1920 Martigny, VS
Maître d'ouvrage
Service des bâtiments de l'Etat du Valais, B. Attinger
Bureau d'architecture
Ami Delaloye, John Chabbey & Michel Voillat
Bureau d'ingénieurs
B. Cretton, Bureau d'études ATIB SA, Cie d'études et de réalisations techniques CERT SA, J.-P. Kurmann
Conception
1981
Réalisation
1983

L'extrait des articles est généré automatiquement et peu présenter des anomalies. Veuillez s'il-vous-plaît vour reporter au PDF HD

Centre d'entretien de l'autoroute RN 9 1920 Martigny/VS Werkhof der Autobahn N 9 1920 Martigny/VS Maître de l'ouvrage Bauherr Architecte Architekten

Service des bâtiments de I'Etat du Valais B. Attinger, arch. cantonal Projet et direction étude: JohnChabbey & Michel Voillat, SIA Ami Delaloye, SIA 38, av. de la Gare 1920 Martigny Tél. 026/2 37 63 Direction exécution, surveillance chantier: J. Gagna & Coll. Ass., R. Bonvin, SIA, M.-A. Vouillamoz

Ingénieurs civils Bureau d’études techniques ATI B SA Bauingenieure Cie d'études et de réalisations techniques GERT SA J.-P. Kurmann, B. Cretton

Electro-mécanique: F. Dorsaz Chauffage solaire: J. Olsommer Sanitaire: Sanitec Chauffage, ventilation: M. Mauron

Conception 1981 Projekt Réalisation 1983 Ausführung Coordonnées topographiques Topographische 574.860/108.080 Koordinaten

Garages, dépôts, halle à sel Locaux techniques Locaux habitables, bureaux police + service entretien Distribution, espaces servants Serres, espaces-tampon solaire passif Appartement concierge

Un des intérêts du programme réside dans l'édification d'un lieu de travail qui n'est pas réduit exclusivement à la fonction «travail», mais sur lequel se greffent les activités de détente repos, manger et dormir nécessaires à une permanence de l'entretien et de la surveillance. Le travail et ses prolongements permettent de définir, exceptionnellement en rase campagne, un cadre de vie presque complet.

Le site, en plein cœur de terrains agricoles strictement ordonnancés, est perçu-conçu comme la juxtaposition de réseaux parallèles de fluides en mouvement, éléments structurants majeurs de l'espace. Ces flux- les voies fluviales, les voix routières, autoroutières et ferroviaires, les voies «électriques»-, démonstrations tangibles de la domestication du site par l'homme, réalisent en ce lieu l'annonce du changement de direction de la vallée. Ils comportent en eux les références à l'écoulement et à son contraire, la rétention, réalisent par là le prétexte du projet et suggèrent une RE-construction du site selon ces deux axes. L'axe longitudinal, amont-aval, la séquence structurée par un rythme accéléré, le monolithe né du sol et une fin sans cesse reportée, sont les moyens de l'«accélération»du flux. L'axe transversal, de rétention, met en série les contreforts et définit les interstices, «passages obligés»du flux. L'unité minimale, le contrefort en arc-boutant prend appui sur la spécificité du programme pour définir un devant, espace-lumière ouvert sur le lieu de travail en contraste avec un arrière, filtre-lumière, lieu de détente et de repos.

L'architecture solaire passive des locaux d'administration, organisés autour de trois serres, et la conception globale de l'ensemble des bâtiments et installations font de ce centre d'entretien un exemple sur le plan énergétique. Un effort d'imagination du maître de l'ouvrage et de tous les bureaux d'étude ainsi que la mise à disposition de moyens financiers au service d'une politique, tant cantonale que fédérale, en faveur d'une réduction de la dépendance énergétique, ont permis la réalisation d'installations se caractérisant comme suit: 1. Besoins énergétiques pour 1 année 1 345 000 kWh pour le chauffage 31 800 kWh pour l'eau chaude de consommation 183 000 kWh pour les appareils électriques 2. Sources d'énergie par année 91 800 kWh sont captés par 300 m2 de panneaux solaires. Cette énergie est stockée puis employée suivant les besoins du centre (chauffage, eau chaude, refroidissement des locaux), 20 000 kWh sont captés par les trois serres pour les bureaux, 1 250 000 kWh sont fournis par les pompes à chaleurtravaillant avec l'eau de la nappe phréatique, le mazout fournit au maximum 15 000 kWh (15001), 183 000 kWh sont nécessaires pour l'alimentation en électricité. 3. Distribution de l'énergie Elle est du type basse température dans tout le centre. Les récupérateurs sur l'air vicié sont placés sur la ventilation des bureaux et des vestiaires. Un verrouillage simple empêche le fonctionnement des aérochauffeurs lorsque les portes des garages sont ouvertes. 4. Refroidissement des bureaux En été, le surplus d'énergie solaire sert à extraire la chaleur des bureaux au moyen de deux pompes à chaleur à absorption. Régulation La centrale technique est équipée de plusieurs appareils de contrôle, coordonnés par un petit ordinateur, assurant la recherche constante du rendement optimum.

Administration: Enveloppe: murs porteurs int. béton, murs ext. parpaing ciment teinté. Toiture: toiture chaude s/charpente métallique.

Halles: Enveloppe: ossature béton, halle à selstructure secondaire madriers, ateliers-garages - portes coulissantes acier. Enveloppe biaise: capteurs solaires s/charpente métallique. Toiture: toiture chaude s/charpente bois collé. 63 28